Réflexions sur le passé, l'Histoire

Léo Ferré

Tu t'es fait la belle
Un quatorze juillet,
Comme pour lui faire la nique,
À cette foutue République
Que tu eusses souhaité
Sans doute plus sociale ;
Tu t'es barré, nous laissant tristes,
Toi, le poète, toi, l'artiste,
Et ils ne t'ont pas demandé
Tes papiers, au moins, j'espère,
Les putains de flics de l'au-delà !
Ils ont bien défilé, ce jour
Où tu t'envolais, l'ami Léo,
Tous les fauteurs de guerre,
Les patriotes à la mords-moi le noeud,
Et tu as dû drôlement te marrer
En les voyant marcher au pas,
Toi qui avais le coeur anar
Et vénérais le drapeau noir.

Anne Brunelle