Réflexions sur le passé, l'Histoire

Si heureux

J'étais si heureux de t'entendre rire
Quand je te disais des balivernes,
Tu t'étonnais qu'un type comme moi,
Un peu trop sérieux pour cette époque,
Pût aussi aimer s'amuser comme un gamin.
Nous étions assis l'un en face de l'autre,
Et nos genoux se touchaient, c'était bien ;
Je pris tes mains, les serrai dans les miennes,
Nos corps déjà se comprenaient, s'attiraient,
Mais tu étais encore tellement innocente
Que j'avais peur de te choquer en t'avouant
Que je te désirais follement, que cette idée
De t'avoir toute à moi troublait mes nuits.
Quatorze ans nous séparaient, je le savais bien,
Et tu ne connaissais presque rien de la vraie vie ;
Tu n'avais que dix-sept ans, mon amoureuse,
Et tu étais loin de te douter à ce moment-là
Que trente-cinq ans plus tard, toi et moi
Serions toujours ensemble, malgré les blessures
De l'existence qui sont le lot de chaque couple.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner