Réflexions sur l'amour

Ta reine

Nous le savions tous que tu l'aimais,
Tu parlais d'elle comme d'une reine ;
C'était pour elle que tu chantais,
Tu lui écrivais des poèmes.

Tu ne voulus jamais l'admettre ;
Toi qui n'étais guère conformiste,
Tu aurais bien pu te permettre
De ne pas tant brouiller les pistes.

Tu souhaitais que votre idylle
Restât secrète, dans la pénombre,
Plutôt qu'avouée à tous les vents ;

Mais ton coeur qui mourait d'amour
Pour elle, battait fort chaque jour,
Résistant aux dommages du temps.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner