Réflexions sur l'amour

Vivez, si m'en croyez

Fuyez donc les railleurs
Et leurs fielleux discours !
N'écoutez que vos coeurs,
Cognant comme tambours !

Vous êtes nées pour aimer,
Vous qui restez trop sages ;
Des portes se sont fermées,
Pourtant, qu'importe l'âge !

Jeune femme trop fière
Pour de simples aventures
Quitte cette mine altière,
Retire vite ton armure !

Tu rêvais de tendresse,
D'authentique amitié ;
Allez, le temps te presse,
Hâte-toi, par pitié !

Tu as bien trop souffert,
Belle fille sauvage ;
Il te sera offert
Un merveilleux voyage.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner