Réflexions sur la vie et la mort

La valse des ans

Ce qui va suivre est insolent,
Mais pas vraiment incohérent.
À cinq ans, on est innocent,
À quinze ans, on ne doute de rien,
À vingt ans, fleurit le printemps,
Puis à trente, c'est la fleur de l'âge,
On a du tonus, du courage.
Mais quand on arrive aux quarante,
La peur de vieillir déjà nous hante,
Même si l'on découvre à cinquante
Que la pente n'est pas aussi glissante,
Si l'on se moque des on-dit
Sans céder au démon de midi.
Oui, mais quand sonnent les soixante,
Plus question que l'on s'en vante ;
L'heure n'est plus à la bagatelle,
On doit faire son deuil des jouvencelles,
Et croyez-moi, c'est plutôt triste,
N'en déplaise aux sots conformistes.

Anne Brunelle