Réflexions sur la solitude, le spleen

Mes mains

Sur la page écornée du magazine,
Une rousse bien voluptueuse
Me sourit de toutes les courbes
De son corps divinement offert
À mes fantasmes les plus ardents ;
Pourquoi donc n'aperçois-je plus
Que mes mains de vieux solitaire
Qui tremblent d'un douloureux désir
En caressant le papier glacé ?

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner