Réflexions sur la solitude, le spleen

Sables mouvants

Toujours l'on croit attendre
Quelqu'un ou quelque chose,
Et même garder confiance
Contre toute espérance,
Contre toute évidence,
Redoutant toutefois
Les sombres lendemains,
Les illusions perdues,
Quand on s'enlise, déçus,
Dans les sables mouvants
D'une vie qui dérive
Et qu'on ne comprend plus ;
C'est alors que, vaincus,
Trahis, désabusés,
On lève le poing au ciel,
Ne s'excusant même plus
D'avoir raté le coche.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner