Réflexions sur la solitude, le spleen

Ma sirène

Où t'en vas-tu, dis, joli bateau,
Toi qui emmènes ma sirène
Au-delà du vaste océan ?
J'ai posé la main sur son front,
Puis l'ai descendue sur son corps
Où j'ai frôlé ses seins menus,
Enfin j'ai embrassé sa bouche
Avant de lui dire « À demain ! »
Ô mon joli bateau, sur l'eau calme,
Elle navigue avec toi, mon ingénue,
Devra-t-elle affronter les tempêtes ?
Elle me laisse seul avec mon angoisse,
Sur l'immense rivage de galets,
Et je connais le doute et les tourments ;
Tu t'éloignes, grand vaisseau fantôme,
Emportant mes chimères au fil du temps.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner