Réflexions sur la solitude, le spleen

Ombre

Un baiser passe
Dans la nuit bleue ;
Mon âme, si lasse,
Supplie son Dieu.

Comme un éclair,
Vif mais étrange,
Fendant les airs,
S'enfuit un ange.

Il se dissout
Dans la pénombre ;
Je hèle mes loups
Qui viennent en nombre.

Des cieux, le feu
Les cloue sur place ;
Je lis dans leurs yeux
Cette peur qui glace.

Le pauvre poète
Pressent la mort ;
L'amour déserte,
Lui jette un sort.

La lumière pâle
Ne perce plus l'ombre ;
Un homme s'affale,
Et bientôt sombre.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner