Réflexions sur la solitude, le spleen

Ombre

Un baiser passe
Dans la nuit bleue ;
Mon âme, si lasse,
Supplie son Dieu.

Comme un éclair,
Vif mais étrange,
Fendant les airs,
S'enfuit un ange.

Il se dissout
Dans la pénombre ;
Je hèle mes loups
Qui viennent en nombre.

Des cieux, le feu
Les cloue sur place ;
Je lis dans leurs yeux
Cette peur qui glace.

Le pauvre poète
Pressent la mort ;
L'amour déserte,
Lui jette un sort.

La lumière pâle
Ne perce plus l'ombre ;
Un homme s'affale,
Et bientôt sombre.

Anne Brunelle