Réflexions sur la solitude, le spleen

Pas le moral !

Ma tête est vide ce soir,
Je n'ai pas de chapeau ;
Trop paumé je déambule
Au hasard des boulevards,
Me cogne aux réverbères
Qui ont réapparu ;
Je croise un labrador
Qui, affable, me salue
D'un « ouah ! ouah ! » enthousiaste,
Puis poursuit son chemin
Sans attendre ma réponse ;
J'avance sans but précis,
Mes godasses à la main,
Une mémère goguenarde
Dit à son vieux, me désignant :
« T'as vu ce mec, là-bas ?
Il n'a pas l'air bien net,
Il marche à côté de ses pompes ! »
Elle n'aurait pu mieux dire,
Je n'avais plus le moral ;
Il y avait trop longtemps
Qu'une belle nana comme toi
Ne m'avait plus dit « Je t'aime ! »
Et que toutes ces demoiselles,
Qui se bousculent pour plaire,
Ne jetaient pas un regard
Sur le pauvre esseulé,
Errant comme un chien perdu,
Ce soir-là dans les rues.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner