Réflexions sur la solitude, le spleen

Le silence de la nuit

La nuit patine sur le boulevard
Où cascade la pluie en rafales ;
Je ressens une drôle de fringale
Qui ne résorbe pas mon cafard.

Je baguenaude dans la bourrasque,
Toujours en quête d'un absolu ;
Vais-je distinguer mon inconnue,
Quand elle enlèvera son masque ?

À trop brouiller mes souvenirs,
Je pourrais m'en mordre les doigts ;
La trouverai-je une autre fois,
Celle qui sera dans mon avenir ?

Le nuit m'étouffe de son silence,
Faut-il donc rêver d'un amour
Qui me jouerait de mauvais tours,
Comme au temps de mon adolescence ?

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner