Réflexions sur la société, le monde

Les pauvres gens (2)

L'hiver est rigoureux
Et les enfants ont froid,
Chétifs et malheureux,
Leurs yeux emplis d'effroi.

Blottis dans leur lit-cage,
Ils frissonnent encore ;
La tempête fait rage,
Mais le père est dehors.

Il reviendra sans doute
Après minuit sonné,
Le cerveau en déroute,
Le corps tout décharné.

Il aura bu la paye,
Et la mère de gémir ;
Vainement elle essaye
Le soir de s'endormir.

L'homme travaille à l'usine,
Comme un forçat, dix heures ;
Des métaux il burine,
Crasseux et en sueur.

La misère ouvrière,
Ce n'est pas du folklore !
Vous dites « C'était hier »
Mais vous avez bien tort

De croire que c'est fini,
Et que les travailleurs
Ne sont plus démunis
Dans notre monde « meilleur ».

Les smicards, les chômeurs,
En proie aux créanciers,
Sont votre déshonneur,
Messieurs les financiers !

Anne Brunelle