Réflexions sur la société, le monde

Bergères de notre époque

De nos jours, les jolies bergères
Les moutons plus souvent ne gardent ;
Outrageusement les belles se fardent,
Puis elles musardent, la cuisse légère.

On ne les voit plus guère au bois
Cueillir les blanches pâquerettes ;
Elles vous toisent de leurs mirettes,
Tellement fières dans leurs bas de soie.

Elles repèrent d'un oeil très lucide
Celui qui pourrait devenir leur galant,
Parce que ce sont elles qui décident,
Un petit sourire maquillé ravalant.

S'il est rupin, s'il est beau gosse,
Elles en feront vite leur affaire ;
Mais s'il est gueux avec une bosse,
Le mec n'aura qu'à se faire la paire.

Qu'il soit honnête et franc comme l'or,
Cela n'a plus trop d'importance ;
Ce qui importe, de prime abord,
C'est de sauvegarder les apparences.

Jeunes bergères des temps nouveaux,
Vous qui raillez les romantiques,
Vous préférez de riches salauds
À de braves prolos bien sympathiques.

Anne Brunelle