Réflexions d'un militant

Le rêve d'un proscrit

C'est la nuit qui me cerne,
Angoissante et fatale ;
Un drapeau mis en berne,
Des rats noirs qui détalent...

Sombre tableau sans âme
D'une effroyable hideur !
Que meurent ces lois infâmes
Qui attisent ma douleur !

Je ne suis qu'un proscrit
Bien faible et gémissant,
Ma voix n'est plus qu'un cri
Timide et balbutiant.

Ces tyrans qui nous blessent,
Aspirant notre sang,
Génèrent notre détresse ;
Nous sommes chiens errants.

Retrouvons la fierté
Et la révolte saine
De nos jeunes années
Insouciantes et sereines.

Rejetant les sermons
De la pensée « correcte »,
Ensemble, nous briserons
Ce vieux monde si infect.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner