Étrange étrangère

Il ne lui reste que son corps
Qu'elle lui abandonne encore
Les nuits de la pleine lune,
Quand chantent les sirènes ;
Trop souvent elle s'égare
Dans des contrées perdues
Où l'aube ne renaît plus,
Où le ciel est de suie ;
Elle n'est plus que le souffle
Du vent sur les collines,
Son étrange étrangère,
Si prompte à s'éloigner
De cette terre sans joie
Où ses rêves s'enlisent.
Il ne lui reste que son corps,
Mais c'est déjà merveille ;
Il a si mal que son âme
S'enfonce dans les abysses,
Depuis que son amour sauvage
N'étanche plus sa soif.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner