De cette fille

Tu m'avais souvent parlé de cette fille,
Une jolie blonde aux yeux gris-bleu
Qui, en te bernant, s'était vengée
D'un amour précédent trop mal vécu ;
Elle t'avait lacéré le coeur
De ses petites dents cannibales,
Et toi, tu n'avais pu comprendre
Que cette si adorable gamine
Pût se montrer aussi désenchantée ;
Mais tu la regrettais à présent, cette fille,
Car tu continuais à l'aimer d'amour
Bien qu'elle eût été fort cruelle ;
Je devinais cependant à ta voix brisée
Que ton chagrin, que ta blessure,
N'étaient pas prêts d'être apaisés,
Qu'il t'eût fallu une autre histoire,
Et surtout d'une infinie tendresse,
Pour te réconcilier encore, peut-être,
Avec cette douce folie d'aimer.

Anne Brunelle