Valentine

Par un matin givré,
D'amour jamais sevré,
Je palpais la poitrine
De la jolie Valentine.

« Je serai très longtemps
 Ton chevalier servant, »
Avais-je juré, promis,
À la douce chérie.

Et la belle m'assurait
Qu'elle aussi m'aimerait
Jusqu'à la fin des temps ;
Tout semblait épatant !

Quand vint l'été, hélas,
S'envola la jeune garce,
Me laissant sans nouvelles,
Ô volage femelle !

J'ai regretté les tétons,
Mignons comme ses petons,
De cette drôle de gamine
Qui avait nom Valentine.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner