Une femme...

Ses yeux couleur de mer
Dans cet étrange décor,
Son port de fille fière,
Et ses longs cheveux d'or...

J'ai connu sa douceur,
La tiédeur de sa bouche,
De son corps la chaleur,
Puis son plaisir farouche.

Elle était tellement femme,
Bien que trop possessive,
J'en eus des bleus à l'âme
Qui la laissèrent passive.

Tout au bout d'un chemin
Bordé de trop d'épines,
Elle laissa choir ma main,
La suite, tu la devines !

Ses rêves étaient ailleurs,
Où je n'avais plus ma place ;
Faites silence, les railleurs,
Parfois nos coeurs se lassent.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner