La belle

Ton rire enjoué, la belle,
Sonnait comme un appel
Sous le ciel monotone
De cette soirée d'automne.

Je vins m'asseoir près de toi,
Le coeur tout plein d'émoi,
Pour effleurer ta main
Sur le bord du bassin.

Nous parlâmes de ce temps
Où nous allions gaiement,
Le vent dans les cheveux,
De l'espoir dans les yeux.

Nous étions amoureux,
Comme deux gamins heureux ;
Hélas, la vie, cruelle,
Nous sépara, la belle.

J'avais eu tant de plaisir
À retrouver ton rire,
Que je regrette un peu
La saison de nos jeux.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner