La belle

Ton rire enjoué, la belle,
Sonnait comme un appel
Sous le ciel monotone
De cette soirée d'automne.

Je vins m'asseoir près de toi,
Le coeur tout plein d'émoi,
Pour effleurer ta main
Sur le bord du bassin.

Nous parlâmes de ce temps
Où nous allions gaiement,
Le vent dans les cheveux,
De l'espoir dans les yeux.

Nous étions amoureux,
Comme deux gamins heureux ;
Hélas, la vie, cruelle,
Nous sépara, la belle.

J'avais eu tant de plaisir
À retrouver ton rire,
Que je regrette un peu
La saison de nos jeux.

Anne Brunelle