Carine

Il l'avait tant aimée,
Carine !

Sa voix si chaude,
Ses lèvres charnues,
Et son sourire !

Il avait tellement rêvé
De sa chair épanouie,
De ses rondeurs !

Quand il dégrafait
Son corsage,
Ses seins ronds, libérés,
Se dressaient, arrogants.

Il l'avait tant désirée,
Carine !

Ardente elle gloussait
Quand il la chevauchait,
Vaillant cavalier !

Tout le temps du plaisir,
Elle ne savait que dire :
« Oui, oh oui ! »

Ils s'étaient tant aimés,
En ce printemps
De leurs dix-sept ans.

Elle avait été sa première amante
Et son premier chagrin d'amour.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner