Belle Isabelle

Où s'est donc envolée
La troublante Isabelle ?
Vrai lys dans la vallée,
Et de loin la plus belle !

Si loin est le beau temps
De ma tendre jeunesse,
Où passaient leur printemps
Des filles à longues tresses.

Curieux, nous les suivions
Au sortir de la messe,
Puis nous les abordions,
Non sans délicatesse.

Isa était très sage,
Il n'était pas question
De froisser son corsage,
Fallait faire attention.

Quand je lui écrivis
Un mot tout plein d'espoir,
Que son coeur était pris,
Elle me fit bien savoir.

L'eussiez-vous deviné ?
Je ne sais toujours pas
Si elle s'était débinée
Avec un gentil gars...

Ou bien si, ô miracle !
Demeurée demoiselle,
Elle se gave de spectacles,
Telle une banale oiselle.

Cette vie est mal faite
Où l'on se perd de vue ;
De revers en défaites,
On est tous de la revue !

Anne Brunelle