Amour de jeunesse

J'avais besoin de voir
Sur son gracieux visage
Le reflet des espoirs
D'une fille trop sage.

J'eusse dû lui expliquer
Que je ne cherchais rien
Qu'à ne jamais abdiquer
Et à resserrer nos liens.

N'avait-elle vu en moi
Qu'un fruste soupirant,
Une sorte de hors-la-loi
Ou un futur tyran ?

Elle était jeune encore,
Et n'avait pu comprendre
Qu'en désirant son corps,
Son coeur je voulais prendre.

Je n'avais pas su lui dire
Les mots qu'il eût fallu ;
Elle en vint à me haïr,
M'aimer eût mieux valu.

Anne Brunelle