Vénus

Mon dieu, que la rime me démange !
Dis, comment vas-tu, mon ange ?
Pourquoi verser autant de larmes
Lorsque le plaisir te désarme ?
Te souvient-il, gentille fillette,
Du joli temps de l'escarpolette,
Quand Douce France je te chantais,
Pendant que toi tu te balançais ?
« Vous permettez, mademoiselle ? »
Tu étais déjà fichtrement belle,
Mon souffle dérangeait tes cheveux
Et le ciel restait toujours bleu !
Dis-moi, comment vas-tu, mon ange ?
Ne trouves-tu pas quelque peu étrange
Ce désir sans fin que j'ai de Toi,
Vivant jusqu'au bout de mes doigts ?
Ah ! enfin t'aimer sans te mentir,
Puis très soudainement ressentir
Cette faim extrême de te voir nue,
Ô ma céleste, ô ma Vénus !
Approche un peu que ta bouche je baise !
Viens, mettons-nous un peu à l'aise !
C'est trop chouette quand tu me souris,
Ma chevrette, ma drôle de p'tite souris ;
Vénus, tu es folle, tu m'asservis,
Par ta présence, vois, je revis,
Mon coeur, ô mon bien cher amour,
Ma p'tite soeur de coeur pour toujours !

Anne Brunelle