Viens !

Viens, oh oui, viens, mon amour,
Écouter le chant si mélodieux
De la rivière lente et paisible !
Je t'attends, trop impatient déjà,
Assis sous un croissant de lune,
Voulant ouvrir pour toi les bras,
Afin de t'y bercer longuement
Pour apaiser toutes tes angoisses ;
Jusqu'au petit matin, ma belle,
Me laisseras-tu soulager ta peine
En baisant ton visage-mystère
Où se révèle à moi qui t'adore
Ta nature ardente et généreuse,
Et ton coeur grand comme ça.
Viens vite près de moi, mon amour,
Pour me redire encore une fois
Les jolis mots de l'espérance
Et les mots fous de la passion.
Viens me sauver de mes démons !

Anne Brunelle