À ma muse

Un train d'émotions et mille carillons !
Quand nos corps énivrés sont en fête,
Ta peau douce comme aile de papillon
M'emporte, belle amie, au royaume céleste.

Beauté de ton visage au soleil levant !
Mille chérubins, des myriades d'anges,
Viennent célébrer notre amour ardent,
Insufflant en nous un désir étrange.

Viens auprès de moi, suivons le chemin,
Vers le firmament, dirige ton regard !
Je t'étreins si fort en baisant tes mains,
Parce que, Dieu merci, il n'est pas trop tard.

Anne Brunelle