Mignonne

Ah mignonne ! si cette nuit j'ose
Baiser ta bouche fraîche et rose,
M'ouvriras-tu enfin la porte
Avant que le diable m'emporte ?

Toi dont la grâce est sans pareille,
Toi qui fais de l'ombre au soleil,
Tu as tant de flamme dans le coeur,
Et tant de tendresse, de douceur.

Entends-tu ma voix qui t'appelle ?
Je te murmure : « Mon hirondelle,
Qu'il pleuve ou qu'il vente, ce soir,
Mon plus grand bonheur serait de voir...

La vive lumière de tes yeux bleus,
Plus clairs qu'à la voûte des cieux. »
Ah mignonne ! si cette nuit j'ose
Baiser tes paupières mi-closes...

Dis, viendras-tu ton corps serrer
Contre mon corps, mon adorée ?
Me laisseras-tu enfin t'aimer
Comme un amant, pour des années ?

Anne Brunelle