La nuit, mon coeur

Auprès de la source,
Je l'aperçois soudain,
Cette fille rousse
En robe de satin.

La nuit qui s'étend
Me la dissimule ;
Troublé, je l'attends,
Suis-je ridicule ?

Ah ! mon coeur s'affole !
Je ne sais plus très bien
Si c'est ma Carole
Ou si ce n'est rien.

Ai-je donc rêvé ?
Je maudis la nuit.
Où s'est-elle sauvée ?
Tiens ! voici la pluie !

J'attends patiemment
Que le jour se lève ;
Il vient doucement,
L'aube sera brève.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner