Ma belle, mon amante

Emmanuelle, ma belle, mon amante,
Je t'ai quittée bien après minuit,
Mais sans te quitter vraiment,
Car cette nuit, et encore ce matin,
Je n'ai cessé de penser à toi,
À ta voix, à ton regard si doux,
À ton corps nu contre le mien,
À tout ce que nous avons pu dire,
À l'ivresse de nos folles caresses,
Et j'ai tellement hâte de te tenir
À nouveau entre mes bras,
Et de te dévorer de baisers.
Emmanuelle, ma belle, mon amante,
Je t'aime chaque jour davantage,
J'adore que tu sois aussi passionnée,
Aussi ardente et vulnérable à la fois ;
J'aime que tu sois femme et enfant,
Pudique jusque dans ton abandon,
Et que tu joues de tous tes charmes
Pour me troubler si violemment.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner