Fais-moi l'amour

Hier, tu m'avais supplié, chérie,
De te faire divinement l'amour,
Avec les yeux, avec la voix,
Avec la bouche, avec les doigts,
De t'embrasser très tendrement
Sur la nuque et aussi dans le cou,
De caresser tes petits seins ronds
Dont pointaient fièrement les tétons,
De te chatouiller tout le long du dos,
Et puis de claquer tes jolies fesses.
Ensuite, tu as exigé bien davantage,
Et j'ai au centre de ton corps,
Lapé, gourmand, ton hydromel
Tout en titillant ton bouton
- Que mes lèvres avaient aspiré -
Jusqu'à ce que tu demandes grâce.
Alors en toi j'ai pénétré,
Étalon sauvage et fougueux,
Et bientôt ton corps s'est tendu,
Tes soupirs sont devenus un cri,
Sous le fouet trop vif du plaisir.

Anne Brunelle