Bilitis

De ton corps exhibé émane un doux parfum
De tendre volupté, mais aussi d'innocence ;
De tes seins orgueilleux à ton pubis rasé,
Tu te dores, impudique nymphette,
Au soleil faiblissant de la fin de septembre.

T'honorerai-je encore, ô Maroussa ?
Saurai-je résister au désir insensé
Que m'inspirent tes jambes ouvertes
Et tes beaux yeux cernés, ô ma tigresse ?

Pourquoi es-tu donc épilée, infidèle
Au triangle sacré que prônait la déesse ?
J'aurais pu embellir ta soyeuse toison
De divines couleurs aphrodisiaques.

Ah ! que ne suis-je le prince des ténèbres
Pour contempler ton corps à l'instant du réveil,
Et le couvrir sans hâte de langoureux baisers
Pour te dire mon amour en toute quiétude !

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner