La fille forte

Ma main effleurait la sienne,
Elle en avait bien des frissons ;
Contre sa jambe gauche,
Mon genou droit s'appuya,
Et son corps se fit plus lourd,
Et soudain elle s'abandonna.
« Jamais je n'avais ressenti cela, »
Murmura-t-elle à mon oreille.
Je savais ce qu'elle espérait,
Je savais ce qu'elle désirait,
Cette fille blonde un peu forte,
Et je voulais la satisfaire ;
Elle n'avait que dix-huit ans
Et de la vie ne connaissait
Que ce que lui avaient appris
Les romans roses qu'elle avait lus.
Mais elle avait besoin pourtant
D'être aimée comme une vraie femme,
Et d'assouvir tous ses fantasmes.

Anne Brunelle