En effeuillant la Marguerite

Ma très chère Marguerite,
Ma jolie petite fleur,
Souhaites-tu que je t'effeuille ?
Tu le sais, j'aime un peu
Froisser ton blanc corsage,
Il me plaît beaucoup aussi
Que tu ne sois pas trop sage ;
Passionnément, oh oui !
Lorsque va tomber ta jupe,
Je t'admire à la folie,
Et alors Ève tu imites,
Ô ma gentille Marguerite !
J'ai laissé s'envoler
Le tout dernier pétale,
Il disait « pas du tout »,
N'était pas fait pour nous.
Garde-le bien, notre secret,
Marguerite, ma tant aimée,
Et ne va pas claironner
Que ton galant avait triché
Pour ta petite fleur te dérober.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner