Premier émoi

Et s'ébauchaient sous son corsage
Deux exquises menues oranges ;
L'adolescente encore très sage
Avait à peine trouvé étrange
Qu'il osât les frôler de sa main ;
Émue et toute rougissante,
Elle lui murmura: « À demain ! »
Dieu ! comme elle était avenante !
Pourtant, si elle eût pu savoir
Tous les desseins de ce faux dur,
N'eût-elle pas perdu l'espoir,
Elle qui tant rêvait d'amour pur ?

            --ooOoo--

S'ébauchaient sous son corsage
Deux exquises mandarines ;
La jeune fille encore très sage
Avait à peine trouvé étrange
Qu'il les frôlât de la main.
Émue et toute rougissante,
Elle murmura : « À demain ! »
Dieu ! qu'elle était avenante !
Mais si elle avait pu savoir
Les desseins de ce margoulin,
N'eût-elle pas perdu l'espoir,
Elle qui rêvait d'amour pur ?

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner