Premier émoi

Et s'ébauchaient sous son corsage
Deux exquises menues oranges ;
L'adolescente encore très sage
Avait à peine trouvé étrange
Qu'il osât les frôler de sa main ;
Émue et toute rougissante,
Elle lui murmura: « À demain ! »
Dieu ! comme elle était avenante !
Pourtant, si elle eût pu savoir
Tous les desseins de ce faux dur,
N'eût-elle pas perdu l'espoir,
Elle qui tant rêvait d'amour pur ?

            --ooOoo--

S'ébauchaient sous son corsage
Deux exquises mandarines ;
La jeune fille encore très sage
Avait à peine trouvé étrange
Qu'il les frôlât de la main.
Émue et toute rougissante,
Elle murmura : « À demain ! »
Dieu ! qu'elle était avenante !
Mais si elle avait pu savoir
Les desseins de ce margoulin,
N'eût-elle pas perdu l'espoir,
Elle qui rêvait d'amour pur ?

Anne Brunelle