Laissez-moi...

Laissez-moi, oh oui ! laissez-moi,
Ne serait-ce qu'un seul jour,
Contempler son visage !
Laissez-moi l'admirer,
Rien qu'en toute innocence,
Cette jeune femme assoiffée
Des merveilleuses légendes,
Et qui croit aux miracles !
Laissez-moi l'écouter
De sa voix cristalline
Me conter ces histoires
Qu'elle vient d'imaginer !
Laissez-moi réchauffer
Dans mes larges paluches
Ses petits pieds glacés !
Laissez-moi croire encore
Qu'elle n'est que candeur,
Aussi pure qu'est l'onde
D'un torrent qui jaillit
Du flanc de la montagne !
Laissez-moi donc baiser
Son front et puis ses joues,
Avant que j'aille rêver d'elle,
Le coeur en pleine lumière !

Anne Brunelle