La chênaie

Et demain, comme hier,
J'irai dans la chênaie,
M'allonger sur la mousse
Où nos deux corps s'unirent,
Une nuit de pleine lune ;
Car plus rien ne me reste
De toi que cette image
Qui me poursuit encore
En ce lieu où nos âmes
Eussent pu s'accorder ;
Est-ce folie de rêver,
D'espérer malgré tout,
Lorsque plus rien n'existe ?
Quand le ciel est trop gris,
Dans mon coeur en jachère,
Je veux y croire quand même.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner