La merveille

Ah ! La pure merveille !
Sa crinière bouclée,
Sa bouche vermeille,
Et son teint hâlé !

De quoi perdre la boule !
J'en conjure le ciel ;
Ou alors je me saoûle
Ou je meurs, c'est pareil !

Elle passe sans me voir,
Je joue de malchance ;
Dieu, faites que ce soir,
Avec elle je danse !

Hélas, au bal non plus,
Elle ne me remarque,
Vous aurais-je déplu,
Dites-moi, jeune Parque ?

Je mourrais pour elle
S'il me fallait mourir ;
Elle est bien trop belle,
Pourrai-je en guérir ?

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner