Les p'tits culs

Ô adorables p'tits culs bien ronds,
Se balançant sous les jupes étroites,
Jolis culs si fermes et attrayants,
Je vous admire, je vous désire !

Cul potelé d'une jeune femme,
Que l'on imagine sous sa robe,
J'ai grande envie de te toucher
En passant, comme par inadvertance.

Beaux culs larges et majestueux
De femmes mûres appétissantes,
Remplissant bien leur pantalon,
Vous êtes d'une rare insolence !

Cul malicieux d'une adolescente,
Sublime encore qu'inachevé,
Tu attires les mains indécentes
Qui rêvent de te dévergonder.

Anne Brunelle