Denise

Ah ! La divine surprise !
Voici que rapplique Denise...
« Mais où cours-tu, la belle,
Avec ta grosse valise ? »
La charmante me répond :
« Je viens de quitter Léon,
Je vais vivre chez Élise. »
Sait-elle qu'elle s'est éprise
D'un jeune godelureau
Et qu'elle l'a dans la peau ?
« Il faut que je te dise »,
Dis-je à la pauvre Denise,
« Que l'Élise a un julot,
Qui est loin d'être rigolo.»
Puis je lui colle trois bises
Et lui offre des cerises ;
Elle n'en fait pas une crise,
Le bocal elle me dévalise.
« Je vais mieux maintenant ! »
Son flegme est désarmant.
Tellement elle est coquine,
Que mon désir elle devine ;
Voyant que je me maîtrise,
Elle suggère: « Ça te défrise,
Si on fait une petite bêtise ? »
Et comme je ne pipe mot,
Elle sait que je l'autorise
À devenir mon petit lot.
Incroyable, cette Denise !

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner