Cupidon

Mon pauvre Cupidon,
Les années te trahissent,
Tu as pris du bidon
Et tes genoux fléchissent.

Les ingénues nymphettes
Te distancent à la course,
Tricotant des gambettes
Sans lorgner sur tes bourses.

Tu voudrais croire encore
En ta mâle séduction,
Hélas ! en vue du port,
Elle se trouve en perdition.

Mon pauvre Cupidon,
Où sont donc tes vingt berges ?
Faut pas jouer les dindons,
Et ménager ta verge !

En ta folle jeunesse,
Tu vibrais, entouré
De tétons et de fesses,
Sous belles robes fourrées.

Mais les temps sont venus
Enfin de faire pénitence ;
Et te voilà tout nu,
Seul face à l'existence.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner