Camille et le jeune abbé

Camille revenait de confesse,
Ce jeune abbé était charmant,
Qui souvent lui tirait les tresses,
Elle l'eut accepté pour amant.

Il lui demanda, l'hypocrite,
Si elle avait coquines pensées,
Elle en rougissait, la petite,
Timide, soudain embarrassée.

Il avait si mignonne figure
Qu'elle se sentait tout excitée ;
Un homme de Dieu, elle était sûre,
Ne pouvait qu'aimer la vérité.

Elle lui fit part de son amour,
Il répondit : « Ça, c'est gentil !
Je l'avais compris dès le jour
Où je t'avais donné l'hostie... »

Camille, jeune fille dans le vent,
Croit fermement en ses promesses,
Quand, sous la nef ou sous l'auvent,
L'abbé lui met la main aux fesses.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner