Nicole

Quand on a d'aussi belles cuisses,
Ce serait folie de les cacher ;
Il est bon que chacun en jouisse
Et s'extasie, mais sans toucher.
Se figure-t-elle, la blonde Nicole,
Que les gars rêvent d'apercevoir
Ses jambes parfaites de vierge folle,
Assurément dignes d'un Renoir,
Ou de reluquer ses petits seins
Qu'elle emprisonne sous un corsage
Austère, boutonné à dessein,
D'adolescente peut-être trop sage ?

Anne Brunelle