Naïve

Si charmante était cette fille
Qui aimait les contes de fées,
Et savait se montrer gentille
Avec celui qui assurait l'aimer.

Certes elle était trop naïve,
Avalant de très gros mensonges ;
Pas farouche, si peu craintive,
Elle vivotait en plein songe.

C'était une heureuse nature,
Pas compliquée pour un sou ;
Parce qu'elle avait le coeur pur,
Elle ne se méfiait guère des loups.

De la vraie vie elle ne savait
Que peu de chose, il faut le dire ;
Et bien souvent elle en bavait,
Sans se prendre pour une martyre.

Trop d'épreuves et de déboires
De tant de candeur l'ont guérie ;
Vous ne lui ferez plus croire
Que l'amour dure toute une vie.

Anne Brunelle