Manuela

Elle se gavait de chocolats,
Manuela,
De pralines et de nougats,
Sans prendre garde aux dégâts
Pour ses mignonnes quenottes,
Petite sotte !
Ses copines, tout comme ses potes,
Qui à son appel accouraient,
L'adoraient.

Elle portait des robes de soie,
Manuela,
Avec quatre falbalas,
J'vous dis que ça !
De la voir ainsi attifée,
Les beaux gars étaient pressés
De l'approcher pour l'admirer,
Même que des fois ils se battaient
Pour la voir d'encore plus près.

Elle courait ici et là,
Manuela,
Pour flirter, pour s'amuser,
Fille rusée ;
Mais elle n'avait qu'un amant,
Le bel Armand, tellement charmant,
Qu'elle aimait bien tendrement,
Et qu'elle espérait garder
Tout l'été... et davantage.

Anne Brunelle