Le soleil rouge immobile

Le soleil rouge immobile
Brûle sa peau métisse,
Elle en a des frissons
Comme si une rude main
Se posait sur son cou
Et le serrait trop fort ;
Elle n'a pas de regrets,
À peine se souvient-elle
Qu'il avait de beaux yeux
Et un sourire d'archange ;
C'était un peu avant l'été,
La pluie giflait les vitres
Dans la petite gare
Où il l'avait séduite
En lui offrant un gin ;
Elle n'a rien oublié,
Ni l'hôtel trois étoiles,
Ni leur trop brève étreinte ;
Elle était apeurée
Comme un moineau fragile,
Qui trouverait son salut
Dans un cri de détresse ;
Elle n'avait pas rêvé,
Il lui avait fait mal,
Et paraissait content
De s'être ainsi comporté
Comme un être sans morale ;
Elle avait été bien folle
De croire en son discours,
On ne l'y reprendrait plus.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner