La fille sur le banc

Cette fille-là est un vrai mystère,
Même si elle a de très jolis yeux ;
Elle aime lire Rousseau et Voltaire,
Tout en respectant le bon Dieu.

Elle est ouvrière en usine,
Travaille dur pour gagner peu,
Et habite avec Clémentine
Qui a de l'or dans les cheveux.

Toutes deux sont toujours contentes,
Tellement proches qu'on se demande
La raison d'une si bonne entente
Lorsqu'elles dansent la sarabande.

Tout être sur terre a bien le droit
De vivre libre comme il l'entend ;
Quand on est deux on a moins froid,
Et sans ennui passe le temps.

Cette jolie fille sur le banc
Dans le square, prenant le soleil,
N'a pas besoin d'un bel amant,
Mais ses yeux sont pure merveille.

Anne Brunelle