Le temps qui passe

Véro n'a plus vingt ans
Depuis longtemps déjà,
Elle a très peur du temps
Qui passe et peut se lire
Hélas ! sur son visage ;
Ses rêves ont pris aussi
Quelques profondes rides,
Et cette drôle de musique
Qui cognait tellement fort
Dans son coeur romantique
A bien ralenti sa cadence.
Véro n'a plus sur les lèvres
Ce beau et rayonnant sourire
Qu'on y voyait autrefois,
Et si demeure la tendresse,
La passion, sans crier gare,
A déserté le clair foyer
Où hier elle régnait sans partage.
Véro, qui toujours espéra
Vivre un bonheur sans nuage,
A du mal à se faire une raison
Face à la désolante tiédeur
De cet homme qu'elle déifiait.
Alors elle relit les naïfs poèmes
Qu'elle lui écrivait fébrilement
Au temps de leurs premiers émois,
Puis elle envoie de timides baisers
À son amie la lune, qui brille
Là-haut, dans la nuit de juillet.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner