La vieille en hiver

Un blanc manteau de neige
Recouvre la campagne ;
Partout règne le silence
Que rien ne vient troubler.

L'hiver trop rigoureux
Effraye les pauvres gens ;
Dans sa masure vétuste,
La vieille Olga a froid.

Pour survivre, elle n'a
Que sa pension de veuve ;
Les voisins la croient folle,
Parce qu'elle parle aux oiseaux.

Elle sanglote en pensant
À ses enfants, au loin,
Qui ne se soucient guère
De sa noire misère.

Un paletot de tristesse
Écrase ses frêles épaules,
Elle ne demande qu'à quitter
Vite cette vallée de larmes.

« Mon Dieu et Sainte Vierge,
Vous qui êtes indulgence,
Accordez-moi la grâce
De vous rejoindre au ciel ! »

Sur le mur sombre, le Christ
A-t-il cligné de l'oeil ?
La Vierge, sous la cloche,
Lui sourit tendrement.

Anne Brunelle