Le Café du Bon Coin

J'étais d'humeur maussade et bien las,
Lorsque je suis entré, ce soir-là,
Dans le petit Café du Bon Coin.
C'était à cause d'une femme
Que j'avais autant de vague à l'âme,
Et je me sentais comme en danger,
Comme si j'avais été étranger.
Je les trouvais tous tellement laids,
Pas seulement le gros type qui riait,
Ou le vieux poivrot qui délirait,
Mais cette serveuse à la peau brune
Qui venait me réclamer mes thunes.
Je n'avais envie que de silence,
D'ailleurs, qu'aurais-je eu à leur dire,
Pas question que je leur raconte
Ce qui me rendait si morose,
Ils s'en ficheraient éperdument.
Je décidai de me griser pour de bon,
Afin d'oublier tous mes chagrins
Au moins jusqu'au lendemain.

Anne Brunelle