Lorsque tomba la neige

Il se passa une longue saison,
Puis une autre saison demi-deuil ;
Après survint le grand silence.

Lorsque tomba la neige,
Son parfum demeurait
Sur les draps chiffonnés.

Tout seul, il se morfondait
Dans sa montagne givrée
Au coeur de l'hiver blanc.

Il se souvenait encore
Des feux de la Saint-Jean
Et surtout de son rire.

Elle s'en était allée
Du côté du grand Sud
Sans même laisser d'adresse.

Il n'avait pas souhaité
La suivre jusqu'au terme
Du mystérieux voyage.

Car il était d'ici,
De ce pays d'en haut,
Bien trop enraciné.

Anne Brunelle