Éveil

Le bol de thé est vide
Sur la table de nuit ;
La main très fine saisit
Le réveil pour que cesse
L'énervante sonnerie.
Les yeux encore mi-clos,
La fille aux cheveux roux
Se redresse en bâillant,
Paresseusement s'étire,
Puis s'extirpe du lit
D'un coup de rein décidé.
De la nuisette s'échappe
Un petit sein rebelle ;
Elle se dénude très vite,
Puis elle court s'enfermer
Dans la salle de bains ;
L'eau chaude la stimule,
Et fait naître le désir
Dans son corps adorable
Qui a si faim de caresses.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner